fermer
FANTA & SABINE, THE QUEENS OF STYLE
18 octobre 20183Comments

FANTA & SABINE, THE QUEENS OF STYLE

  • Bonsoir Sabine et Fanta, voilà plus de 5 ans que vous êtes bloggeuses, comment on ressent cette forme de maturité ?

EEF94E4B-ED05-4C70-B8C6-DCD60245CD22

TENUES/ NACKISSA & PANTALON ME WE/ BIJOUX BEE’S

Fanta : Bonsoir Btendance, pour moi 6 ans de blogging c’est le résultat de plusieurs années de travail, de fun et de confiance au blogging ivoirien. J’ai la chance d’avoir vu le blogging faire ses premiers pas et d’avoir pris le temps de faire des erreurs pour atteindre un certain niveau de professionnalisme.

Sabine : Je pense pouvoir dire qu’au fil des années les intérêts sont restés les mêmes – la mode, la beauté, les astuces diverses et billets d’humeur- mais la façon de les aborder a évolué en même temps que le champ des possibles.

Avant, je me bornais à parler de mode et de beauté, aujourd’hui je suis actrice de la mode et de la beauté.

Avant je me livrais, je m’écrivais mais surtout  je me confiais, aujourd’hui, je partage plutôt des tranches de vie et des morceaux de moi parce que j’ai compris que ça peut apporter beaucoup à de nombreuses personnes, ne serait ce qu’un peu de chaleur, et de réconfort.

  • La mode est l’un de vos domaines de prédilection qu’est ce que cela vous a apporté en termes de réalisations et d’expériences?

 

Fanta: Le fait d’avoir tout de suite décidé d’être bloggeuse « mode » a fait la différence. C’était un terrain vide avec plusieurs opportunités notamment avoir une position d’acteur de la mode ivoirienne.

Je peux citer comme réalisation mes collaborations avec de nombreuses marques nationales et internationales.

Sabine : Pour moi, la mode est un lieu commun pour toutes les formes d’art.

Dessin, peinture, sculpture, musique, photographies, films, poésie etc.

Donc je dirai que la mode m’a permis d’exprimer l’ensemble de l’intérêt que je porte au milieu de l’art.

Être bloggeuse mode m’a permis de m’intéresser au travail de nombreux créateurs, et de contribuer à mon humble échelle à la valorisation de leur travail en même temps que j’en ai été inspirée. Cela m’a permis également de faire des rencontres exceptionnelles de différents acteurs de ce domaine.

Créer, m’a permis d’explorer les divers contours de la mode.

J’ai appris énormément sur les cultures africaines – je continues d’apprendre, et j’ai également beaucoup appris sur différents artistes peintres ayant marqué leurs époques. J’ai par ailleurs lu ce livre, La solitude du vainqueur (Paulo Coelho), une mine d’or, qui m’a permis d’obtenir certaines réponses et d’en savoir plus sur l’envers du décor.

Donc en soi la mode me permet de rêver grand, et de vivre pleinement. Rires

  • Quelle est votre analyse sur le monde du fashion Blogging africain, et ivoirien particulièrement. Peut-on parler de réelle évolution ?

Fanta : Comparer aux années précédentes, on ne peut nier l’évolution du blogging africain. Les blogueurs sont devenus importants et ont leur mot à dire. Certains ont réussi à créer toute une industrie autour de leur média ce qui n’était pas envisageable dans le passé.

Parlons maintenant du blogging ivoirien qui pour moi ne cesse aussi d’évoluer. Il est maintenant temps de professionnaliser comme le fait déjà nos confrères des pays anglophones.

Sabine : Le Blogging africain en termes de mode a de quoi rendre fier car il existe de nombreux hommes et femmes très inspirants qui partagent leurs looks et lifestyles depuis les quatre coins du continent.

Il faut cependant noter que les bloggeurs de pays anglophones s’imposent plus et sont les mieux connus.

L’Afrique francophone peine à se faire une place et la Côte d’Ivoire en particulier n’est pas nécessairement une référence en termes de Blogging africain même s’il existe bien sûr des bloggeurs – locaux j’entends –  qui se singularisent  par la qualité de leurs contenus.

Clairement il y a encore beaucoup à faire car nous avons ici en Côte d’Ivoire de véritables potentialités que nous gagnerions à mieux valoriser.

A0BFA774-C729-4D60-862E-DC7C735C9E5DTENUES/ NACKISSA / BIJOUX BEE’S

  • Comment faire pour mieux bloguer en Côte d’Ivoire essentiellement?

 

Fanta : Question difficile, je ne pense pas qu’il existe une formule particulière pour bien bloguer. Pour ma part, j’essaie de produire du contenu de qualité et de faire la différence en gardant mon identité et mes valeurs.

Sabine : Il faut un réel changement de mentalité. Et un retour aux fondamentaux.

Qu’est ce que blogger? Pourquoi blogger? En quoi mon blog fait la différence et apporte une valeur ajoutée dans la blogosphère et pour notre cible (car oui, il faut déterminer une cible claire). Voilà autant de questions qu’il convient de se poser pour une amélioration de la consistance du contenu.

Et puis le Blogging reste visuel. Qu’il soit principalement fait d’écrits ou d’images/vidéos, tout est question de style. Et de qualité.

Comme dans tout ce qui est visuel, il n’est pas toujours nécessaire d’essayer d’inventer la roue, il faut pouvoir s’inspirer de ce qui se fait déjà d’excellent et réussir à l’adapter à sa propre sauce.

Enfin la présence, l’engagement avec nos communautés et consistance de nos posts sont les éléments qui pourront nous sauver lool.

Il nous faut moins d’amateurisme et d’à peu près, car c’est là que réside la différence entre nous et nos frères et sœurs qui se démarquent : avec eux aucun détail n’est laissé au hasard.

Il faut faire plus de collaborations avec les talentueuses maquilleuses, photographes réalisateurs de ce pays qui ne demandent qu’à travailler sur des projets intéressants. Et accepter de dépenser un minimum pour ça.

Et vraiment il faut faire preuve d’originalité.

  • Côté carrière vous avez une activité professionnelle précise que vous alliez avec vos activités extra pro… comment vous mixez les deux ?

51DD595D-7DFA-48F7-87E1-6F0F1A979B91

TENUES/ ME WE / BIJOUX BEE’S

Fanta : Je dois avouer que j’ai souvent du mal mais tout n’est que question d’organisation et de priorités. Petite astuce qui marche bien pour l’instant, je note toutes mes tâches et je les exécute quotidiennement en fonction de la priorité et de l’urgence.

 

Sabine : Tout est question d’organisation et de planification.

J’écris mes posts sur mon téléphone dans les transports, dans mon lit etc. (Rires) dès que j’ai un moment et une inspiration.

Je planifie plusieurs photoshoots dès que l’occasion se présente, que je poste au fur et à mesure.

Effectivement, ce n’est pas évident de trouver ce qui fonctionne le mieux en termes d’organisation, et oui parfois je suis débordée ou je me laisse gagner par un haut degré de flemme qui a pour conséquence une présence irrégulière, mais j’y travaille.

  • Fanta, Tu as beaucoup voyagé dernièrement pour une marque de cosmétiques mais également pour la Dakar Fashion Week, quel constat fais tu avec ce que tu vis ici, Ya t’il des choses à faire ou à refaire ?

Fanta : Je le dis très souvent, il est important de partir voir ailleurs ce qui se fait de mieux pour faire pareil dans notre pays. Il est clair que nous avons beaucoup à apprendre des pays comme l’Afrique du Sud mais je pense que tout est question de volonté. Les choses changeront quand les ivoiriens prendront conscience de leur talent et de tout ce qu’ils peuvent avoir juste en s’organisant un peu plus.

B34B0060-F25E-4A87-A9F4-2030A78DE110 726340BF-AB11-448A-891D-E6C281F2D99B 1B2583CC-0399-48A0-AC85-734538215E74 5F6F2EA5-8AD9-4952-B090-F4BBFD21A858

 

 

  • BEE’S  la marque de bijoux et accessoires que tu diriges, a lancé sa nouvelle collection cette année. Quels ont été les retours et comment le processus de création s’est il fait?

 

Sabine : Après une longue année de latence la collection Finesse d’Ivoire, assez différente des collections précédentes a été lancée, avec beaucoup d’appréhensions. L’accueil qu’elle a reçu est au delà de nos espérances, ce qui est extrêmement gratifiant car le processus de création a été particulièrement laborieux.

La démarche créative cette fois ci était axée autour d’un point essentiel : sublimer les femmes de tous âges, tous domaines d’activité, tous types, pour des occasions spéciales certes, mais surtout au quotidien.

Comment ? En créant des bijoux épurés aux tons relativement neutres mais élégants, raffinés et  originaux  quelle que soit la taille, le type, la forme et les matériaux utilisés.

Le défi étant de toujours composer avec nos matériaux de base : pagne, pierre semi précieuses, bronze et cordes.

3CD4D02D-09AF-4264-8EEF-4E8ABBBE32D1 538EAE9A-CD12-4E5A-AEEE-0797DF0A5505 813B9385-8D9B-4CA8-93EE-FB45BF853B34 E1DB2D67-5EE4-44D0-8AA3-D70159222665 081C4CB5-5AA9-4DF8-B53B-E632CB1A62C7

 

  • Quel sera votre  objectif pour l’année 2019 qui commence bientôt?

 

Sabine : Pour le blog ou les bijoux ? (Rires).

La consistance, ce sera ça mon objectif.

Être consistante à en être incontournable.

Fanta : Mes objectifs restent les mêmes : Être chaque jour une meilleure blogueuse, voyager, apprendre et faire du beau.

  • Quel conseil tu peux donner à toutes ces jeunes filles qui veulent se lancer dans ton domaine ?

Fanta : Soyez vous-mêmes !

Soyez vraies !

Sabine : En fait je donnerai un conseil global.

Vous avez en vous la capacité de faire absolument tout ce que vous voulez, du moment où vous avez l’intention d’être excellentes et de bosser plus dur que n’importe qui pour y arriver, autrement, vous perdrez votre temps.
4584E482-1E0D-4CD3-9662-ED0BE3A808D6

TENUES/ ME WE / BIJOUX BEE’S

 

PHOTOGRAPHE: NATHAN ABETA

ASSISTANT PHOTO: EKAM

MUA: FATOU DIABY

D.A: PATRICK EDOOARD

 

86593B6C-164A-4999-87CD-EC00C2A63DFD

SIMPLE LIKE YVIDERO

Laisser un commentaire